snudifo27@gmail.com

|couper{150}|attribut_html)" />

Syndicat des Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de l’Eure
Bourse du Travail 12 rue de l’Ardèche - 27000 EVREUX | 06 28 32 57 22 | snudifo27@gmail.com


Barème des Permutations 2014 : Compte rendu CAPD
Publié; le 10 février 2014 | Administrateur

La CAPD s’est réunie jeudi 06 février avec à l’ordre du jour : • L’enregistrement des barèmes pour les permutations informatisées 2014 • l’octroi des bonifications handicap de 800 points • le départ en stage D.D.E.A.S (stage direction SEGPA).

Examen de l’ordre du jour

1. Permutations informatisées

Concernant les permutations informatisées, 217 demandes ont été faites dont 98 pour la Seine Maritime. Suite au groupe de travail de mardi 4 février, 2 collègues avaient vu leur situation mise en attente.

Pour la première situation, suite à nos conseils, la collègue a pu fournir les éléments nécessaires afin de récupérer ses points pour rapprochement de conjoint.

Pour la seconde, l’administration a refusé de reconnaître les documents fournis par la collègue alors qu’ils étaient en adéquation avec les demandes du ministère. Le SNUDI FO a rappelé à l’administration que les règles sont les mêmes pour tous et que nous ne pouvons y déroger.

Nous avons contacté la collègue pour la défendre et la remettre dans son droit.

Dernière minute : A l’heure où cet article est écrit, cette collègue, sur nos conseils, a vu son barème rétabli avec toutes ses bonifications.

Concernant la bonification des 800 points, elle a été accordée à 7 collègues sur 8 suite à l’avis donné par le médecin du Rectorat.

2. Départ en stage DDEAS et en DEPS

L’administration nous a indiqué que cette année, 2 départs en stage étaient envisagés. 2 collègues se sont présentés à l’entretien pour devenir directeur de SEGPA. Malheureusement, 1 seule personne a été retenue pour partir en stage. L’administration nous a signifié que la personne non retenue sera informée par courrier sur les raisons de ce refus.

Cette année, l’administration a décidé de ne pas proposer de départs en formation DEPS malgré une demande intersyndicale au mois de décembre. Pour toute réponse, l’IEN adjoint considère qu’il n’y a pas de besoins dans l’Eure alors qu’actuellement, en moyenne, un psychologue scolaire s’occupe de plus de 1600 élèves ! Nous sommes intervenus en faveur d’un départ en DEPS. De même, nous resterons vigilants à ce que ce budget non alloué au départ en DDEAS soit réutilisé et réinvesti pour des départs en CAPASH pour les options E, D, F et G. Pour rappel, nous revendiquons toujours un RASED complet (psy, E et G) pour 800 élèves et la restitution de tous les postes fermés depuis 5 ans.

Questions diverses

1. Frais de déplacement M2

Alors qu’au mois de décembre, nous étions intervenus pour que les M2 touchent des frais de déplacement pour effectuer leur remplacement de stage, l’administration a confirmé au SNUIPP qu’elle ne donnerait aucun frais à ces personnels prétextant qu’ils sont contractuels et non en situation de formation initiale.

2. Hors Classe 2014

L’administration nous a fourni la liste des PE promouvables à la Hors Classe cette année. Si vous désirez connaître votre barème et votre rang dans la liste, contacter le SNUDI FO 27. La décision définitive sera traitée à la CAPD Mouvement du mois de mai. Une CAPD au mois de mai actera les promus à la hors classe.

Pour rappel, pour être promouvable à la HC, il faut être au 7ème échelon de la classe normale. Le barème se calcule de la manière suivante : 2x l’échelon + la note pédagogique. Cette année, le taux d’accession à la Hors Classe est de 4%.

3. Réseau ECLAIR et dispositif REP +

Le réseau ECLAIR de Pablo Neruda devrait être transformé en REP+ à la rentrée prochaine. Toutefois, toutes les écoles ne seraient pas référencées en REP.

4. Animations pédagogiques distancielles

Des dysfonctionnements sont apparus concernant le logiciel M@gistère :

La circulaire d’application du 4 février 2013 relative au décret du 24 janvier sur les rythmes scolaires qui encadre la formation à distance se met progressivement en place dans le département.

Celle-ci met fin à la formation volontaire des enseignants. Les IEN pourront imposer les conférences et préinscrire les collègues en fonction des stages qu’ils choisiront dans leurs circonscriptions et qui pourraient être réduits à deux parcours par niveau.

C’est un outil qui porte atteinte à la confidentialité puisque la connexion à cette application indique à tous les « stagiaires », dans un menu déroulant, que nous sommes connectés ou que nous l’avons été. A chaque fois qu’un message d’un collègue du groupe m@gistère d’une circonscription apparaît, tous les autres pourront en prendre connaissance sur leur boite professionnelle ! Ces mesures sont contraires au statut et à la liberté pédagogique individuelle des PE.

Nous vous invitons à nous communiquer toutes vos doléances afin de publier un argumentaire sur les conséquences de cette formation.

5. Caractère « obligatoire » des animations pédagogiques

Les animations pédagogiques dénommées « obligatoires » dans certaines circonscriptions ne sont en fait que des animations « prioritaires » d’après le DASEN. Ainsi, aucun collègue ne peut être inscrit d’office sur une ou des animations et peut choisir TOUTES ses animations.

De même, nous sommes réintervenus pour demander à ce que notre droit à une convocation (et donc à des frais de déplacement) soit respecté. Etant les seuls à revendiquer ce droit, le DASEN nous a répondu qu’il n’y en aurait pas et qu’il continuerait à nous envoyer des « invitations ».

Si les heures d’animations pédagogiques (non distancielles) font partie de nos obligations de service, nous sommes bien « appelés à nous déplacer pour les besoins du service ». C’est pour cela que nous réclamons une convocation nominale ouvrant droit à d’éventuels frais de déplacement, comme pour les stages.

6. Liste d’aptitude pour les directeurs « faisant fonction »

Concernant les collègues faisant fonction de directeur depuis la rentrée, et jusqu’à la fin de l’année, la circulaire sur l’inscription sur la liste d’aptitude indiquait qu’il était possible d’y être inscrit d’office après un avis favorable de l’IEN.

Nous avons demandé s’il y avait des critères et des démarches à suivre quant à cette validation. On nous a répondu que l’IEN avait tout pouvoir et pouvait, à partir de tous les renseignements en sa possession, décider de la qualité du ou de la collègue en question, même sans avoir vu le travail de la personne ni avoir pris le temps d’un entretien avec elle !

Ce ne sont pas des méthodes pour motiver les quelques collègues décidés à prendre une direction à l’heure actuelle où le travail administratif est de plus en plus lourd.

7. Suivi des AVS/ EVS des directeurs : tâche supplémentaire

Concernant les charges qui incombent aux directeurs, est venu se rajouter le suivi des AVS/ EVS recrutés avec un CUI (Contrat Unique d’Insertion). Déjà, les directeurs devaient se transformer en recruteur en faisant passer des entretiens, chose pour laquelle nous ne sommes pas compétents. Il faudrait dorénavant désigner un tuteur (en général le directeur) qui organise le suivi personnel de l’AVS une fois par trimestre donnant lieu à un compte rendu. Les directeurs devraient aussi à la fin de l’emploi du contrat de l’AVS lui valider ses acquis professionnels pour un futur emploi qui ne pourra pas être extérieur à l’Education Nationale, son contrat le lui interdisant !

Contrairement aux autres organisations syndicales, le SNUDI FO n’accepte pas que l’on alourdisse davantage le travail des directeurs par des responsabilités et des tâches qui incombent aux employeurs.

Alors que le décret Peillon provoque une surcharge de travail, les directeurs et directrices d’école devraient exercer une autorité fonctionnelle qui ajouterait une charge importante de travail et de responsabilité. Il ne faut pas oublier que les directeurs sont avant tout des enseignants qui ont une classe, une équipe à coordonner, une relation et un dialogue avec les familles à effectuer… Au SNUDI FO, nous ne pouvons concevoir d’accepter encore plus de responsabilité et donc de travail pour les directeurs d’école. C’est pourquoi nous demandons le strict respect du décret de 89 sur les missions des directeurs ainsi qu’une augmentation de leur temps de décharge.

Nous ne pouvons accepter d’intégrer, même avec des formations, des compétences qui ne sont pas de notre ressort d’enseignant. Nous savons qu’à force d’ajouter des prérogatives, nous arriverons à une différenciation entre directeurs et adjoints, les plaçant en position de supérieurs, en leur donnant des responsabilités particulières dans les relations avec les élus et les personnes intervenant dans les écoles.

Le SNUDI FO soutiendra tous les collègues directeurs qui refuseront de prendre en charge ces nouvelles responsabilités.

8. Stage statutaire des directeurs nouvellement nommés

Concernant les stages des directeurs nouvellement nommés, ils seront remplacés par des M2 contractuels pendant 6 semaines tous les lundis et mardis. Les PE déchargeant ces jours-là seront placés en surnuméraire. De même, d’autres collègues faisant fonction ou étant directeur depuis plusieurs années se sont vus proposer ou imposer cette formation. La raison est simple : il y a 54 M2 à placer mais il n’y a pas cette année 54 nouveaux directeurs ! Si vous ne désirez pas cette formation, contactez nous et nous interpellerons la DSDEN.

Si vous avez votre jour vos jours de décharge coïncidant avec vos jours de stage, interpellez votre IEN pour déplacer votre jour de décharge sur une autre journée. Contactez-nous pour appuyer votre demande.

9. Pressions de certaines communautés de communes dans la mise en place des rythmes

Nous avons demandé au DASEN, en tant que supérieur hiérarchique et responsable des PE de l’Eure, d’intervenir auprès des élus et des communautés de communes qui font pression sur les PE pour la coordination des activités péri-scolaires pour la rentrée prochaine. Certains collègues nous ont même indiqué que des chantages s’étaient exercés tel que s’ils refusent d’être le « coordinateur du péri-éducatif », il n’y aurait aucun moyen humain, financier et matériel dégagées par la collectivité pour les élèves de ces écoles !

Pour toute question, vous pouvez contacter vos délégués SNUDI FO 27 à la CAPD :

Romuald LAIGNIEZ 06 28 32 57 22
Matthieu LAGUETTE 06 48 62 11 30
Patrice MARTINEAU 06 31 96 60 67

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo